Choisir la carte Illimitée Gaumont Pathé ou la carte illimitée UGC : un test éminemment subjectif

Paris - Publié le mercredi 11 juillet 2018 à 22 h 33 - Mis à jour le mercredi 11 juillet 2018 à 23 h 01 - n° 259776

Heureux possesseur d’une carte illimitée Gaumont Pathé (duo… ce qui n’a pas été simple, notre édition du 22 mars) depuis quelques mois, dûment payée, le signataire s’est vu offrir par UGC à l’occasion d’une conférence sur les nouveautés de la carte, un autre sésame pour le réseau concurrent, valable 3 mois.

L’occasion d’un essai comparatif éminemment subjectif d’un Parisien, évidemment non représentatif du spectateur moyen. 

Achat et réservation 

Les deux réseaux permettent la réservation. 

Chez Gaumont Pathé, la réservation peut être annulée sans frais (pour tous les types de billets) jusqu’à 15' avant la séance. On peut choisir sa place, ce qui a comme gros avantage annexe qu’il est possible de vérifier la taille de la salle.

Il suffit à l’entrée de faire scanner le billet auto-imprimé ou de présenter le QR-Code sur son téléphone, ou de l’avoir dans son « Wallet » sur téléphone ou l’Apple Watch. La réservation reste valable même une fois le film commencé. Enfin, il ne faut pas présenter à l’entrée la carte elle-même, la photo du bénéficiaire s’affichant sur le terminal lors de la vérification du billet.

Chez UGC, pas d’annulation possible de la réservation. Pas de choix de la place et donc surprise du type de salle. Il faut passer à la borne ou à la caisse pour retirer la réservation et cela 10' minimum avant le début de la séance, sinon la réservation est annulée. Il faut présenter la carte illimitée lors de la vérification du ticket d’entrée.

Conclusion : net avantage objectif à Gaumont Pathé

Etendue du réseau à Paris et qualité de l’expérience 

L’étendue du réseau à Paris nous paraît comparable. Gaumont Pathé et les cinémas indépendants affiliés d’un côté ; UGC et MK2 et les cinémas indépendants affiliés de l’autre côté. Tout dépend de son environnement et de son lieu de travail.

Du côté du confort des salles et de la qualité de la projection, avantage plutôt du côté de Gaumont Pathé avec de très belles salles récemment et magnifiquement rénovées (Alésia, Convention…). Nous avons aussi apprécié la projection 4DX, exclusivité Gaumont Pathé (supplément à payer).

Reste que le cinéma UGC Les Halles est une expérience à lui tout seul avec ses 27 salles (27 !) et le choix incomparable qu’il permet, et la projection dès 9h du matin. Quel plaisir de se faire une petite séance avant de commencer la journée de travail, en particulier lorsque c’est la première, le mercredi.

Conclusion : avantage subjectif à UGC.

Prix de l’abonnement

Chez Gaumont Pathé, le prix est 16,90 € par mois pour les moins de 26 ans, 19,90 € pour les plus de 26 ans et 33,90 € par mois en duo. Les suppléments comme les séances et lunettes 3D, Imax ou 4DX sont en plus mais, selon nos constatations, certains cinémas du circuit (comme le Pathé Beaugrenelle) ne font pas payer les lunettes 3D. Il n’y a plus de réduction pour les abonnés pour les séances spéciales comme la Comédie-Française ou le Bolchoï.

Le prix chez UGC est un peu moins cher la première année : 16,90 au lieu de 17,90 € par mois pour les moins de 26 ans ; 19,90 € puis 21,90 € pour les plus de 26 ans et 33,90 €/36,80 € en duo. Les suppléments comme les lunettes 3D sont inclus.  Les abonnés bénéficient d’une réduction de 5 € pour les séances spéciales telles Viva l’Opéra.

Conclusion : Au moins la première année, les prix et avantages sont du même ordre. Reste juste que comme le prix des places, hors abonnements, est sensiblement plus élevé chez Gaumont Pathé, s’y faire accompagner d’un ami qui n’a pas la carte lui revient plus cher. Nous donnons donc un petit avantage à UGC.

Conclusion : équilibre

Nous laisserons le lecteur apporter sa propre conclusion. De notre côté, la balance, à peu près équilibrée aujourd’hui pencherait probablement, notamment grâce aux salles Les Halles, vers le réseau UGC s’il faisait de nets progrès technologiques concernant la billetterie et le système de réservation. De toute évidence, l’abonné de province n’aura pas les mêmes critères.

Et on peut aussi évoquer les avantages annexes d’avoir les moyens de s’offrir le précieux sésame illimité.

En vrac : ne pas hésiter à revoir le lendemain début d’un film quand la fin nous fait douter d’avoir bien compris le début (ça nous est arrivé), découvrir des films qu’on ne serait jamais allé voir (oui, évidemment), sortir de la salle si on n’aime pas le film (cela ne nous est jamais arrivé), voir deux films nouveaux à la suite le mercredi matin aux Halles (on avoue. En repointant à la caisse évidemment… même si cela semble si facile de ne pas le faire dans ce cinéma), vérifier le décompte de l’UGC Les Halles pour la première séance du mercredi (nous sommes rarement d’accord à 5 à 10 près).

Sans oublier le principal : se donner l’impression d’être un vrai cinéphile. Mais cela, si le signataire continue au même rythme, il va bien finir par le devenir réellement !

Joël Wirsztel

© D.R.
© D.R.

Recevoir chaque jour gratuitement les titres de Satellifax


Accéder aux articles gratuits déjà publiés


Recevoir quelques numéros de Satellifax et une offre d'abonnement


loader mask
1