Milos Forman : le réalisateur de Vol au-dessus d’un nid de coucou est mort à 86 ans

Paris - Publié le dimanche 15 avril 2018 à 18 h 15 - n° 256549

Le cinéaste américano-tchèque Milos Forman est mort samedi 14 avril, à l'âge de 86 ans. Il avait reçu deux fois l’Oscar du meilleur réalisateur, en 1976 pour Vol au-dessus d’un nid de coucou et en 1985 pour Amadeus

Né le 18 février 1932 dans la ville de Caslav à l’est de Prague, Milos Forman a perdu ses parents dans les camps de concentration nazis. Dans les années 1960, il rejoint la Nouvelle Vague de cinéastes se dressant contre le régime communiste au pouvoir en ex-Tchécoslovaquie. Il se fait alors connaître grâce à ses films L’As de pique, Les Amours d’une blonde et Au feu, les pompiers !  

Peu de temps avant l’occupation de la Tchécoslovaquie par les forces du Pacte de Varsovie en 1968, qui a mis fin à une période libérale connue sous le nom de Printemps de Prague, Milos Forman part vivre aux États-Unis, via la France. En 1983, il retourne à Prague, encore sous le régime communiste, pour tourner Amadeus qui lui apporte son deuxième Oscar de réalisateur.

Parmi ses autres films figurent notamment Hair (1979), Ragtime (1981) et Larry Flynt (1996), qui lui a valu une nouvelle nomination aux Oscars, ainsi que L’Homme sur la lune (1999) et Les Fantômes de Goya (2006). En 2010, il avait reçu le prix Lumière à Lyon pour l’ensemble de sa carrière.

Hommages en France

Dans un communiqué, Françoise Nyssen, ministre de la Culture, a salué un « réalisateur talentueux, iconoclaste et curieux, habité jusqu’au dernier souffle par un désir de liberté ».  Pour Gilles Jacob, ancien directeur du Festival de Cannes, il avait été « le seul réalisateur à être passé de la Nouvelle Vague tchèque (L’As de pique) aux grands films d’auteur populaire américain couverts d’Oscars (Amadeus) » et laisse une « œuvre immense ».  « Il aimait la bière, le tennis, Cannes… Il disait “Dites la vérité, c’est tout”  », a twitté Gilles Jacob.

L’Académie des César salue dans un communiqué « un magnifique artiste, un immense réalisateur, défenseur de toutes les libertés….[…] la mémoire d’un géant, gravée à jamais dans l’histoire du cinéma ». Elle rappelle les collaborations de Milos Forman avec Jean-Claude Carrière qui a adapté pour lui le roman de Choderlos de Laclos Les Liaisons dangereuses et lui a valu d'être nommé au César du meilleur réalisateur avec Valmont en 1990. Le scénariste français a collaboré une deuxième fois avec lui en 2006 pour Les Fantômes de Goya, qui restera son dernier film, rappelle l’Académie dont il présida en 1988 la 13e cérémonie des Césars.

© D.R.
© D.R.

Recevoir chaque jour gratuitement les titres de Satellifax


Accéder aux articles gratuits déjà publiés


Recevoir quelques numéros de Satellifax et une offre d'abonnement


loader mask
1